Où va l’argent recueilli

FRDJ est le chef de file mondial du financement de la recherche sur le diabète de type 1 (DT1). Nous finançons présentement 50 essais cliniques humains sur des traitements thérapeutiques potentiels.

Du pancréas bioartificiel imprimé en 3D jusqu’à de nouveaux traitements potentiels pour l’hypoglycémie, les chercheurs de FRDJ sont parmi les plus brillants esprits en matière de recherche sur le DT1.

FRDJ soutient la recherche la plus avancée sur le DT1 au monde. Voici seulement quelques-uns des innovateurs canadiens les plus renommés. 

Dr James Shapiro  Image

Dr James Shapiro

Le Dr Shapiro, chirurgien spécialisé en greffes multi-organes de l’Université de l’Alberta, a dirigé l’équipe qui a introduit le Protocole d’Edmonton qui optimise les médicaments  administrés lors de greffes d’îlots pancréatiques. Il mène présentement un essai clinique de phase 1 sur les greffes qui utilise un produit contenant des cellules pancréatiques progénitrices (les précurseurs des cellules souches) logées dans un dispositif les protègeant des attaques du système immunitaire. Il mène aussi des essais cliniques qui visent à désactiver l’auto-immunité et à réparer les cellules bêta atteintes dès que le diagnostic de diabète de type 1 est posé. Ces outils prometteurs pourraient un jour permettre aux personnes atteintes de diabète de type 1 de vivre sans injections d’insuline si les progrès continuent tel que prévu.
 
Dr Gregory Korbutt Image

Dr Gregory Korbutt

Le Dr Korbutt, professeur de chirurgie à l’Université de l’Alberta, utilise différentes techniques pour protéger les cellules en vue de mettre au point une source plus accessible de tissus producteurs d’insuline à être greffés chez des patients atteints de D1T. Lui et son équipe utilisent leur nouvelle technologie d’échafaudage 3D pour rendre les greffes d’îlots pancréatiques plus largement disponibles et fonctionnelles. Un échafaudage est un polymère (une feuille de molécules qui se répètent) qu’on peut rendre biologiquement actif, c’est-à-dire faire en sorte qu’il ait un effet sur un être vivant. La technologie d’échafaudage peut aider à améliorer l’apport de sang et d’oxygène au site de la greffe et permettre l’incorporation de protéines dans les échafaudages qui aideront à maintenir les cellules en santé.
 
Dre Jayne Danska Image

Dre Jayne Danska

La Dre Danska est titulaire de la Chaire Anne et Max Tanenbaum en médecine moléculaire. Elle est professeure à la faculté de médecine de l’Université de Toronto et scientifique principale à Sick Kids Hospital. Ses recherches portent sur l’hypothèse que l’augmentation spectaculaire des maladies auto-immunes et inflammatoires au cours des 50 dernières années soit en partie attribuable à des changements dans notre exposition aux microbes. Elle étudie le rôle que jouent les communautés de microbes qui vivent dans l’intestin humain (le microbiome) dans la modification du risque et de la progression du DT1. L’objectif final de son travail est de mettre au point de nouveaux traitements thérapeutiques pour prévenir cette maladie.
 
Dr Joseph Cafazzo Image

Dr Joseph Cafazzo

Le Dr Cafazzo, professeur associé à l’Université de Toronto et directeur général d’ingénierie biomédicale au Réseau universitaire de santé, collabore avec les fabricants de dispositifs pour le diabète pour faire en sorte que ceux-ci soient compatibles avec les ordinateurs, les téléphones intelligents et entre eux, ce qui facilitera la gestion du DT1 pour les personnes qui en sont atteintes. Il travaille également sur de nouvelles fonctions pour bant, une application originale et gratuite pour téléphone intelligent qu’il a lancée en 2010 avec l’appui de Solutions en santé TELUS. Cette application offre une option plus simple et plus attrayante pour la gestion quotidienne du diabète.

 
Dr Michael Riddell Image

Dr Michael Riddell

Le Dr Riddell, professeur de kinésiologie et des sciences de la santé à l’Université York, se concentre sur la réduction des niveaux excessifs d’insuline et la prévention de l’hypoglycémie chez les personnes qui ont le DT1. Il a auparavant dirigé une équipe de chercheurs pour déterminer les lignes directrices permettant de faire de l’exercice de façon sécuritaire lorsqu’on a le DT1. Le Dr Riddell fait partie d’une équipe qui s’affaire à concevoir un programme, appelé PEAK (Performance in Exercise and Knowledge), qui donnera aux personnes vivant avec le DT1 les outils dont elles ont besoin pour mieux gérer leur maladie. Il teste aussi un nouveau médicament qui stoppe l’hypoglycémie qui sera bientôt prêt pour les essais cliniques. À titre de scientifique principal du groupe LMC diabète et endocrinologie, le Dr Riddell supervise également des études sur l’optimisation de la gestion de l’insuline pour l’exercice.
 
Dre Corinne Hoesli Image

Dre Corinne Hoesli

La Dre Hoesli, professeure adjointe au Département d’ingénierie chimique de l’Université McGill, teste une méthode novatrice qui utilise l’impression 3D pour créer un système de pancréas bioartificiel. L’objectif est de créer un système capable de fournir aux cellules bêta productrices d’insuline l’apport de sang et d’oxygène dont elles ont besoin pour survivre après une greffe.

Plus d’information sur nos chercheurs.

Consultez notre galerie vidéos pour en savoir plus sur les progrès réalisés par les scientifiques en matière de diabète de type 1.